Invitation à un moment d’hommage et de recueillement pour Samuel Paty mercredi 21 octobre à 18h

Accueil Agenda Cérémonies Vie communale

Ci-dessous l’hommage des habitants :

ARTICLE COMPLET SUR https://www.ledauphine.com/edition-gresivaudan-oisans/treminis

 

Une quarantaine d’habitants de Tréminis, Lalley, Prébois et Saint-Baudille se sont rendus dans la cour de l’école de Tréminis pour rendre hommage au professeur, Samuel Paty, assassiné vendredi 16 octobre. Anne-Marie Fitoussi, la maire, a remercié les personnes présentes réunies ici devant l’école et la mairie de Tréminis, double symbole. « Nous sommes tous là pour adresser nos sentiments de profonde sympathie à la famille de Samuel Paty, ses amis, ses collègues et ses élèves et partager l’émotion qui a saisi le pays tout entier mais aussi témoigner de notre soutien à l’ensemble de la communauté éducative et notre mobilisation pour défendre la liberté d’expression et la primauté de la laïcité de la République. Il a été́ décapité́ ce vendredi 16 octobre en pleine rue, en France, en 2020, coupable d’avoir voulu enseigner la liberté́ d’expression à des collégiens, en leur montrant des caricatures de Mahomet, comme le préconise le programme scolaire. Il s’appelait Samuel Paty. »

Puis a lu la dernière chanson de Gauvain qui se termine ainsi : « Parait qu’on s’habitue aux horreurs qu’on vit là, mais l’innocent qu’on tue, je ne m’habitue pas. » Marie-Pierre Drain, première adjointe de Lalley, s’est exprimée en disant que tous, « nous pouvons subir le même sort épouvantable, il suffit même simplement d’un regard pour devenir cible. La liberté de penser ne doit pas s’arrêter aux limites des religions. » Alain Vidon, premier adjoint de Saint-Baudille-et-Pipet et vice-président de la communauté de communes du Trièves a insisté sur « l’horreur de cet acte barbare, sur le soutien à la famille et aux enseignants qui vont avoir aussi à parler et rassurer les élèves et à les confronter à des idéologies qui ne sont pas celles de la laïcité. » Un ancien professeur d’histoire a exprimé sa colère et sa sidération face à cet acte innommable après tant d’autres commis précédemment. Une minute de silence émouvante a ensuite été observée.