Présentation générale

Au sud du département de l’isère, entre Vercors et Dévoluy, s’étend le Trièves, région de transition entre Alpes du Nord et Alpes du Sud.

les-4-hameaux

Tréminis est la commune située le plus au Sud du département de l’Isère, aux confins de la Drôme (au Sud) et des Hautes Alpes (à l’Est), dans la haute vallée de l’Ebron.

L’origine du nom est incertaine : On évoque « entre trois monts » ou « trois châteaux » et même « terminus », car la commune se situe bien au bout de la vallée, mais la plus vraisemblable serait « Transmenium »= au delà de Ménil

Dotée d’un vaste territoire de 5000 hectares qui s’échelonne de 840 à 2761 mètres d’altitude, Tréminis possède aussi un vaste massif forestier de 3000 hectares. 180 tréminisous et tréminisounes constituent la population permanente qui augmente considérablement à la période estivale.
L’habitat se regroupe essentiellement autour de 4 hameaux : Château-Bas, Château-Méa, L’Eglise et Le Serre.
Les principaux axes de la vie économique sont l’agriculture, la forêt et la transformation du bois, mais, les activités liées au tourisme et l’artisanat représentent une part non négligeable.
Le village a la chance de conserver une école, une agence postale et une épicerie.

Des précisions :clic-ici

Le patrimoine 

hameau

Le visiteur remarquera les larges bâtisses, typiques du trièves, au toits de tuiles « écaillées » ornés de génoises regroupées autour de vieilles fontaines ou d’un four à pain.

   

le Grand Ferrand en arrière plan

toit

L’église dominant les hameaux.

eglise

   
chapelle-serre

Le hameau du Serre est regroupé autour de la jolie chapelle.

   

Château-Bas est le plus important de ces hameaux. Il regroupe notamment tous les commerces du village et nombre de services. On y trouve aussi le temple.

temple-treminis2

Les excursions C’est le point de départ de nombreux et inattendus sentiers de randonnée sur la chaine du Dévoluy. Avec ces nombreuses excursions, la commune attire aujourd’hui de plus en plus de touristes. voir rubrique tourisme : balades et découverte

Giono Ce lieu grandiose a inspiré Giono dans l’un de ses romans.giono Il a souvent séjourné dans le Trièves où il passait ses vacances, avant la guerre à Tréminis. Cette région montagneuse, située au nord du col de la Croix-Haute et qu’il qualifiait de « cloître de montagnes », lui a inspiré notamment la « Bataille dans la montagne », situé à Tréminis qui emprunte beaucoup à la sérénité bucolique du Trièves.

 

Mairie de Tréminis 04 76 34 73 39

mel : mairietreminis@orange.fr

Histoire

Tréminis dans l’Histoire
Même si notre petit village n’est pas inscrit dans les livres d’histoire, nous disposons de plusieurs points de repère qui en jalonnent l’existence depuis les temps les plus anciens.

Les informations les plus anciennes remontent au Mésolithique (8000/6000 ans av. J.C.) avec l’existence d’un important site de taille de silex à proximité du Col de la Croix, à environ 1500 m d’altitude.

On connaît ensuite l’existence d’un prieuré dédié à St Pierre au X° siècle, puis, au XIII°-XIV°, celle d’un monastère probablement sur la colline de Châtelet.

chateau-mea


Au XII°, c’est la famille Bérenger de Morges qui possède les terres de Tréminis ainsi qu’une partie du Trièves. On sait ainsi qu’en 1165, Tréminis et d’autres possessions de la famille seront données à l’église de Die, ce qui débouchera sur des querelles qui dureront une partie du Moyen Âge. clic-2
Comme l’indiquent les noms des hameaux, à Tréminis se trouvaient plusieurs « châteaux » ou maisons fortes. Combien ? Où se situaient-ils ? Rien de très précis. A la fin du XIII°, on connaît l’existence d’un « château » à Château Bas, d’un à l’Eglise, d’un autre sur la colline de Châtelet. Sont aussi mentionnés un château à Château Méa et un au Serre. Il disparaîtront tous entre le XVI° et le début du XIX°. Aujourd’hui presqu’aucune trace ne subsiste.

Comme dans une bonne partie de la région, au XVI°, la Réforme connaît un succès certain. 50% de la population de Tréminis est protestante. Un premier temple fut construit qui sera détruit après la révocation de l’édit de Nantes (1685)

Le temple de Château Bas : temple

 (cliquer sur la photo)

Les protestants s’étaient principalement établis à Château Bas.

chapelle-du-serre

Vers 1630, une épidémie de peste dévaste le Trièves. C’est alors qu’est construite la chapelle du Serre dédiée à St Roch.

eglise

Les catholiques vivaient au Serre et au hameau de l’Eglise.

Lors de la Révolution, les archives furent brûlées ainsi que les bancs et les meubles de l’église, les croix détruites.

verres-verrerie-treminis

Verres de la verrerie de Tréminis

Le XIX° siècle, Château Bas vit l’apparition d’une verrerie qui utilisait de grandes quantités de bois.

Elle brûla en 1825 et le feu, en se propageant, causa la destruction d’une partie du hameau. Reconstruite, malgré les réserves de la municipalité qui s’inquiétait de la dévastation des forêts, elle fut à nouveau détruite par un incendie en 1833 et cessa son activité.

 

Au début du XX°, ce furent l’installation des scieries (on en comptait alors une dizaine) et l’exploitation éphémère d’une carrière de pierre lithgographique située au col de la Croix.

La première guerre mondiale, fut,comme dans tous les villages de France, une période particulièrement difficile. L’exode rural commencé au début du siècle s’accentua et la population ne cessa de décroître pendant près d’un siècle.

En 1943, le site de Tréminis abrita deux camps de maquis qui furent attaqués et anéantis par l’armée allemande le 19 octobre.

clic-2

 

sentier-de-la-resistance

Plaquette du sentier de la résistance